jeudi 26 novembre 2009

Les yeux orgueilleux de leur vertigineuse passion...

Bianca Cappello, fille de la République de Venise


Le 26 novembre 2005...
Poggio a Caiano, Toscane.
Sous le pavement de l'église di Bonistallo une équipe de restaurateurs a mis au jour, entre deux crucifix, une urne en terre cuite recelant les viscères momifiées du Grand Duc François Ier et de son épouse la vénitienne Bianca Cappello, fille de la République. Les chercheurs ont bon espoir de mettre fin au mystère qui brouillarde leurs morts quasi simultanées...

Mais revenons quelques siècles plus tôt, le 28 novembre 1563.

Bianca Cappello est belle. Bianca a quinze ans.
Pietro Bonaventuri est beau. Pietro est riche.
Mais l'héritier d'un opulent banquier florentin comme il aime à se présenter n'est autre que le modeste employé de la famille Salviati de Florence.
Le destin est désormais en route...
Il est des chemins de traverses où tout retour en arrière s'avère impossible...
En cette nuit d'automne, tous deux fuient Venise pour la ville des Médicis. Les yeux orgueilleux de leur vertigineuse passion...

La petite Pellegrina sera le point culminant de leur union.

Ensuite, Pietro jouera les Don Juan. Cassandra.
Il sera assassiné. Mais c'est une autre histoire.
Ensuite, Bianca jouera les grandes-duchesses. François.
Elle sera assassinée. Mais c'est une autre histoire.

Le 20 octobre 1587, la "Vénitienne des Médicis" expire.
Bianca Cappello, vrillée par la souffrance, succombe quelques heures à peine après François, son époux.
Florence vient de perdre à Poggio a Caiano ses deux premiers citoyens. Version officielle: la malaria.
Mais la brise de Toscane veille à la légende...Le poison!

Le 28 décembre 2006, les résultats de l'enquête, par ailleurs fort critiquée, légitiment la brise de Toscane: intoxication aigüe à l'arsenic. Peut-être, mais... qui est le responsable ?
Allons, faites votre marché.

Celui à qui profite le crime?
Tous deux empoisonnés par le Cardinal Ferdinand qui va succéder à son frère François.

Bianca elle-même ?
Seule, elle décide de se débarrasser de son ennemi ouvert, Ferdinand son beau-frère. Une tarte empoisonnée clôture un tête à tête diplomatique. Une bague mystérieuse éveille les soupçons du Cardinal. François revient de la chasse. Ignorant les desseins de sa bien-aimée, il se taille une part de la gâterie. Trop tard!
Stoïque, Bianca pour taire son crime se sert à son tour.

Bianca, encore ?
La Cappello abuse et abuse de filtres d'amour. L'apprentie-sorcière violente les préceptes de ses vieux grimoires... Les doses se révèlent mortelles...

Allons, faites votre marché !

François, Grand Duc de Florence, rejoint les siens à San Lorenzo.
Bianca, fille de la République de Venise, misère à la fosse commune.

1 commentaire:

  1. On dira encore que notre époque est celle de tous les dangers...

    RépondreSupprimer

Related Posts with Thumbnails